Nous ne devons pas oublier que les plus grands meurtriers des temps modernes étaient juifs | Ynetnews (média israélien)

Ici la culture et l'histoire sont à l'honneur
Avatar de l’utilisateur
Laurent de Lyon
Administrateur technique
Messages : 734
Inscription : 19/08/2006 - 9:56

Nous ne devons pas oublier que les plus grands meurtriers des temps modernes étaient juifs | Ynetnews (média israélien)

Message non lupar Laurent de Lyon » 02/04/2016 - 16:44

Sever Plocker

Les juifs de Staline

Nous ne devons pas oublier que les plus grands meurtriers des temps modernes étaient juifs

Publié le 21 décembre 2006

Voici une date particulièrement désespérante : Il y a près de 90 ans, entre le 19 et le 20
décembre 1917, au milieu de la révolution bolchévique et de la guerre civile, Lénine a signé
un décret appelant à la mise en place de la Commission Extraordinaire Russe pour combattre
la contre-révolution et le sabotage, celle-ci est également connue sous le nom de Tchéka.

Dans un court laps de temps, la Tchéka, chargée de la sécurité de l'Etat, est devenue la plus
grande et la plus cruelle des institutions. La structure de son organisation changeait régulièrement
au bout de quelques années, il en était de même pour ses noms : De Tchéka à GPU, plus tard à NKVD,
et encore plus tard KGB.

Nous ne pouvons pas savoir avec certitude quel est le nombre de décès la Tchéka a été responsable au
cours de ses différentes manifestations, mais il s'élève probablement à au moins 20 millions, cela
inclut les victimes de la collectivisation forcée, de la famine, des grandes purges, des expulsions,
des exils, des exécutions, et les morts de masse dans les Goulags.

Des strates entières de la population ont été éliminées : Les agriculteurs indépendants, les minorités
ethniques, les membres de la bourgeoisie, des officiers supérieurs, des intellectuels, des artistes,
des militants du mouvement ouvrier, des "membres de l'opposition" qui avaient été définis de façon
totalement arbitraire, et d'innombrables membres du parti communiste lui-même.

Dans son nouveau livre très apprécié, "La guerre du monde", l'historien Niall Ferguson écrit qu'aucune
autre révolution dans l'histoire de l'humanité n'a dévoré ses enfants avec un tel appétit que la révolution
soviétique. Dans son livre sur les purges staliniennes, Le Docteur Igal Halfin de l'université de Tel Aviv
a écrit que la particularité de la violence stalinienne, c'est qu'elle était interne.

Lénine, Staline et leurs successeurs n'auraient pas pu mener leurs actions sans une coopération à grande
échelle de "responsables de la terreur" disciplinés, des interrogateurs cruels, des mouchards, des bourreaux,
des gardiens, des juges, des pervers, et de nombreux membres de la gauche progressiste occidentale qui ont été
manipulés par le régime soviétique et lui ont même fourni un certificat casher.

Toutes ces choses sont bien connues d'une manière ou d'une autre, même si les archives de l'ancienne Union
Soviétique n'ont pas été intégralement ouvertes au public. Mais qui sait à ce sujet ? Dans la Russie elle-même,
très peu de gens ont été traduits en justice pour leurs crimes quand ils étaient au NKVD et au service du KGB.
Aujourd'hui, le discours public russe ignore complètement cette question : "Comment cela a-t-il pu se produire ?"
Contrairement aux pays d'Europe de l'Est, les Russes n'ont toujours pas fait face à leur passé stalinien.

Et nous, les Juifs ? Un étudiant Israélien termine le lycée sans jamais avoir entendu le nom "Genrikh Yagoda",
le plus grand meurtrier juif du 20ème siècle, le commandant adjoint du GPU, le fondateur et commandant du
NKVD. Yagoda a obéi aux ordres de collectivisation de Staline et est responsable de la mort d'au moins 10
millions de personnes. Ses députés Juifs ont établi et gérés le système des Goulags. Après avoir baissé dans
l'estime de Staline, Yagoda a été rétrogradé et exécuté. Il a été remplacé comme chef de bourreau en 1936 par
Yezhov, le "nain sanguinaire".

Yezhov n'était pas Juif, mais il a été béni avec une femme Juive active. Dans son livre "Staline : Cour de l'Etoile
Rouge", l'historien Juif Sebag Montefiore écrit que pendant la période la plus sombre de la terreur, quand la machine
à tuer communiste fonctionnait à plein régime, Staline était entouré de belles jeunes femmes Juives.

Parmi les proches collaborateurs et les loyalistes de Staline, il y avait Lazar Kaganovich, membre du Comité Central
et du Politburo. Montefiore le qualifie de "premier Stalinien" et ajoute que Kaganovich n'a rien fait pour aider
ceux qui mourraient de faim en Ukraine, une tragédie sans équivalent dans l'histoire de l'homme si on ne compte pas
les horreurs du nazisme et la terreur de Mao en Chine.

Beaucoup de Juifs ont vendu leur âme au Diable de la révolution communiste, ils ont du sang sur leurs mains pour
l'éternité. Nous allons juste en citer un de plus : Leonid Reichman, chef du département spécial du NKVD et
interrogateur en chef de l'organisation. C'était un sadique particulièrement cruel.

En 1934, selon les statistiques publiées, 38,5 % des personnes occupant les postes les plus élevés dans les appareils
de sécurité soviétiques étaient d'origine Juive. Bien sûr, eux aussi ont été progressivement éliminés dans les purges
qui suivirent. Dans une conférence ayant lieu à l'université de Tel Aviv, le Docteur Halfin a décrit les vagues de
terreur soviétiques comme un "carnaval d'assassinats de masse", un "fantasme de purges", et un "messianisme du Mal".
On constate que quand les Juifs deviennent captivés par l'idéologie messianique, ils peuvent devenir de grands
meurtriers, et faire partie des plus grands meurtriers connus de l'histoire moderne.

Les Juifs actifs dans des appareils officiels terroristes communistes (En Union Soviétique et à l'étranger), qu'ils
dirigeaient parfois, ne le faisaient pas, évidemment, en tant que Juifs, mais plutôt en tant que Staliniens, Communistes,
et "peuple Soviétique". Par conséquent, il nous est facile d'ignorer leur origine et "jouer les naïfs" : "Ne les
oublions pas. Mais qu'avons-nous à voir avec eux ?
Mon point de vue est différent. Je trouve inacceptable qu'une personne soit considérée comme membre du peuple Juif
quand elle fait de grandes choses, mais qu'elle ne l'est pas quand elle fait des choses incroyablement méprisables.

Même si nous le nions, nous ne pouvons pas échapper à la judéité de "nos bourreaux" qui ont servi la terreur rouge
avec loyauté et dévouement lors de son établissement. Après tout, les autres sauront toujours nous rappeler de quelle
origine ils étaient.

Traduction en français : "Laurent de Lyon" sur https://forumpatriote.org

Source (en anglais) : http://www.ynetnews.com/articles/0,7340 ... 99,00.html

Revenir vers « culture et histoire »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités