Pas d'écoles libres dans un État laïc !

Quelques menues choses sur le régime du mammouth.
Avatar de l’utilisateur
Pat
Administrateur délégué
Messages : 25071
Inscription : 03/12/2006 - 23:46
Localisation : Les Alleuds dans le 49
Contact :

Pas d'écoles libres dans un État laïc !

Message non lupar Pat » 20/07/2016 - 21:04

Rivarol a tiré fort le signal d'alarme dans son numéro du 16 juin 2016 : la liberté de l'enseignement est en grand danger. Dame Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation que l'on dit nationale, s'en prend désormais aux écoles hors-contrat et à l'enseignement à domicile, ces deux derniers refuges de la liberté de parents qui entendent transmettre à leurs enfants ce qu'ils ont eux-mêmes reçu de meilleur.
L'heure est grave : devant l'audace de ces Robespierre au petit pied, de droite comme de gauche, il importe de brandir, à temps et à contretemps, quelques vérités, dont le première est que l'Etat enseignant est une monstruosité. Ce qui est naturel, c'est l'ouverture d'écoles par l'initiative privée. L'État, lui, par nature, n'a qu'un droit de regard, comme sur tout corps intermédiaire (questions d'hygiène, de sécurité, de bonnes mœurs...) et un droit de suppléance car là où l'initiative privée fait défaut, au nom d'un autre principe de droit naturel, celui de subsidiarité, il peut et doit créer des écoles, mais, alors, même ces dernières, confiées à des maîtres capables de se mettre au service des familles, ne devraient jamais être considérées par l'État comme un « service public » qu'il puisse utiliser à des fins idéologiques.
Il y a différents moyens de faire respecter ces principes. Il en est un qui fit, au cours de la dernière guerre scolaire - celle de temps de François Mitterrand -, l'objet de très sérieuses études parmi les défenseurs de l'école libre. Nous ne l'évoquons que pour mémoire car, pour nous, bien entendu, il faut avant tout en finir avec la laïcité de l'État, mais tant que nous devons supporter cette chape de plomb, il est bon de connaître quelques moyens de la secouer. Ce moyen s'appelle le bon scolaire, certains disent allocation scolaire ou coupon scolaire.
Le bon scolaire
Il s'agit d'une allocation versée par l'État, non plus aux établissements, mais à tous les chefs de famille ayant des enfants d'âge scolaire, à charge pour eux de la reverser à l'école de leur choix, confessionnelle ou pas, privée ou publique, ou de s'entendre avec d'autres familles pour organiser l'instruction à domicile. Simple mesure de justice : l'argent de tous les Français redistribué de manière à aider les familles à accomplir leur mission !
Utopie ? Sûrement pas ! Cette mesure pourrait contenter presque tout le monde :
les familles d'abord, qui deviendraient responsables de la marche des écoles choisies et pourraient en garantir le caractère propre.
les chefs d'établissement ensuite, qui, n'étant plus des "mendiants" vis-à-vis de l'État, seraient libres de donner à leur école une atmosphère particulière, autour d'un corps professoral bien soudé, à l'abri de toute ingérence technocratique Les enseignants mettraient un point d'honneur à servir les parents qui leur feraient confiance, et l'influence des syndicats de gauche, comme celle des grands-prêtres de la laïcité, serait largement réduite. Le bon scolaire libérerait donc même l'école publique !
- Enfin l'État laïc lui-même, qui pourrait aider tous les parents sans distinction de religion et serait libéré des considérations philosophiques qui le font hésiter à financer une école pour ne pas avoir l'air de subventionner un culte. Autre avantage : le bon scolaire disloquerait ce grand niais de ministère de l'Éducation nationale qui, dans sa forme actuelle, est un mammouth, lourd et coûteux, telle une machine de guerre au service des groupes de pression tous plus sectaires les uns que les autres.
Ainsi s'opérerait la nécessaire séparation de l'école et de l'État qui devrait aller de pair avec la séparation de l'Église et de l'État, puisqu'on voit mal au nom de quoi un État qui rejette toute religion, donc tout critère de vérité, peut se permettre de former des esprits...
Un moindre mal
Cela dit, le bon scolaire ne nous débarrasserait pas, à lui seul, de la laïcité de l'État qui reste le mal absolu, mais il y contribuerait. C'est pourquoi ce système était préconisé par le pape Pie XI dans l'encyclique Divini Illius Magistri du 31 décembre 1929. Depuis lors, il reçut des appuis inattendus : Guy Mollet (1905-1975), président du Conseil et maintes fois ministre, y était favorable, de même que Philippe Malaud (1925-2007), président du Centre national des Indépendants et Paysans, et une foule d'élus locaux, maires, conseillers généraux, conseillers régionaux, anciens ministres, qui lancèrent en 1983 un appel en faveur de l'allocation scolaire, système « moins coûteux pour la collectivité nationale, satisfaisant pour les enseignants, conforme à la justice pour les familles, assez souple pour favoriser l'adaptation des enseignements aux besoins professionnels et culturels de plus en plus diversifiés ».
Il n'y avait presque plus que les représentants officiels de l'Enseignement "catholique" pour ignorer cette proposition de bon sens. Il faut se souvenir que nous étions au temps où le président de la Commission "épiscopale" du monde scolaire, Jean Honoré (1920-2013), "évêque" de Tours, voulait vivre en parfaite intelligence avec la gauche car elle lui semblait être l'avenir : « Si le pouvoir venait à succomber à une crise dont l'origine serait imputable d'abord à la défense de l'enseignement privé, ce serait pour l'avenir un risque considérable », car le gouvernement de gauche qui serait tombé « portait les espoirs des couches populaires du pays ! » On ne sait pas s'il faut en rire ou en pleurer !...
La liberté absolue ?
Toujours est-il que rares étaient les défenseurs de l'école dite libre de 1984 à avoir une idée précise sur la liberté de renseignement. Tous s'entendaient pour la définir comme un droit de l’homme, « absolu, inaliénable, imprescriptible »,
mais l'abondance même des adjectifs ronflants et définitifs rendaient cette définition trop jolie pour être honnête.
Car, tout de même, marcher dans les manifestations en chantant à tue-tête sur une musique du compositeur italien franc-maçon Giuseppe Verdi, un hymne à la liberté, « seule vérité », abstraite et révolutionnaire, c'était assurément se tromper de partition, ou reconnaître que la seule école libre, c'était l'école laïque, libre de toute soumission à une vérité transcendante. Si la liberté de l'enseignement appartient à tout le monde sans la moindre distinction, on risque d'assister à des situations ubuesques :
- ou bien n'importe qui, au nom de n'importe quelle "foi", se donnera le droit d'ouvrir une école, et l'on aura des écoles marxistes, libertaires, voire subversives ou se réclamant des morales les plus douteuses, sans compter le risque, bien réel aujourd'hui, de voir des écoles coraniques devenir djihadistes... - ou bien, au nom du pluralisme qui met tout sur le même plan, on admet que le "public" et le "privé" sont également estimables, et alors, tel l'Enseignement "catholique" aujourd'hui, on est prêt à tout arrangement avec le "public" sans se rendre compte que celui-ci est au service d'une idéologie liberticide et anti-naturelle. On risque ainsi de vaciller longtemps entre l'hypertrophie et l'atrophie d'une liberté.
Être libre d’aller au Vrai, au Beau, au Bien
Or il ne suffit pas à une école d'être libre pour bien accomplir sa mission car il faut d'abord bien savoir qu'être libre, pour s'en tenir à la sage définition de Montesquieu, c'est pouvoir faire ce que l'on doit faire et n'être pas contraint de faire ce que l'on ne doit pas faire. Voilà une définition de la liberté, certes limitée, mais considérablement enrichie ; la liberté est liée aux devoirs de l'homme, à l'accomplissement de ses finalités spirituelles et temporelles. Elle est la faculté d'aller volontairement au Vrai, au Beau, au Bien et de n'être pas contraint d'aller à leurs contraires.
Il faudrait que l'Enseignement officiel puisse adopter cette conception de la liberté et l'enseigner aux élèves, si l’on ne veut pas voir un jour les collégiens français forcés, comme ceux de tel collège de Rhénanie-Nord-Westphalie, à des simulations de pratiques sexuelles, y compris la sodomie, sous prétexte de lutte contre l'"homophobie" et de découverte des différentes « sexualités possibles »... La théorie du genre dans toute son horreur !
Mais comment l'État sans Dieu peut-il nous protéger contre de telles aberrations , alors qu'il est toujours prêt à interdire d'enseigner à des maîtres se réclamant de références supérieures ? Entre l'anarchie et le totalitarisme, le point d'équilibre sera toujours instable, tant que l'on est sous le régime de la laïcité...
L'on retrouve ici le grand drame du libéralisme que d'aucuns s'obstinent à présenter comme la seule doctrine à opposer au socialisme. Le libéralisme fait de la liberté le principe absolu, fondamental, par rapport auquel, disait Maurras, tout doit s'organiser en fait et se juger en droit. Il s'ensuit que toutes les idées librement et sincèrement exprimées, même les plus audacieuses, se valent - ce qui ne peut qu'engendrer l'anarchie intellectuelle et bientôt morale, sociale et politique ; en fin de compte c'est la liberté qui en fait les frais ! Peu à peu s'insinue un étouffant conformisme de l'anticonformisme, et quiconque n'est pas libre penseur, c'est-à-dire pense selon Dieu plus que selon le monde moderne, est exclu de l'intelligentsia officielle. Du libéralisme au terrorisme intellectuel, donc au totalitarisme socialiste, la distance est courte ! La preuve en est que la plupart des écoles "catholiques" ont utilisé les moyens de vivre accordés par la loi Debré de 1959 bien plus pour s'aligner sur les écoles de l'État sans Dieu que pour affirmer et renforcer leur caractère catholique ; donc elles y ont perdu leurs raisons de vivre.
« Nous voulons Dieu dans nos écoles »
Alors, qu'en conclure, sinon que le libéralisme et sa traduction politique : la laïcité de l'État, ne garantissent aucunement les libertés, puisque se trouve toujours entravé l'exercice de celles-ci dans le sens du Vrai, du Beau et du Bien.
Faudrait-il croire que la République en France a besoin, pour vivre, d'arracher les esprits à Dieu ? Il est en tout cas prouvé par plus de cent ans d'Histoire que la place accordée par ce régime à un enseignement libre - c'est-à-dire libre d'être pleinement catholique - a toujours été et sera toujours aléatoire. La république a toujours fait la guerre à ceux qui enseignent que tout pouvoir vient de Dieu et qu'il existe un ordre naturel voulu par Dieu devant lequel la volonté humaine, fût-ce celle d'une majorité, doit s'incliner. Le pouvoir républicain n'aime pas que l’on dise aux enfants que la France est essentiellement catholique et qu'elle n'est pas née en 1789. La république n'aime pas non plus que l’on chante : Nous voulons Dieu dans nos écoles... Et cette guerre scolaire ne semble pas près de prendre fin avec Manuel Valls et dame Vallaud-Belkacem, ni avec ceux qui les suivront dans les ministères, fussent-ils de la droite invertébrée dont on connaît déjà la couardise...
Le pouvoir sans Dieu, donc sans foi ni loi, empêtré dans ses partis pris idéologiques, se sait trop faible pour empêcher l'islamisme de gagner du terrain parmi les enfants immigrés, et c'est pourquoi, par un pervers parallélisme, il veut s'en prendre aux écoles hors contrat, surtout celles qui sont ouvertement catholiques ! Comment ne pas mesurer l'urgence de rétablir en France un pouvoir libre de se déterminer en fonction du seul bien commun qu'est l'héritage national et catholique ? Un tel pouvoir ne saurait sortir des urnes, et cela suffit à nous faire détester la démocratie.
Michel Fromentoux. Rivarol du 7 juillet 2016

http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/
Image
Que les hommes d'arme bataillent et que Dieu donne la victoire! (Jeanne d'Arc) Patriotiquement votre.

Revenir vers « Enseignement »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité