Pédagogistes : l'école des cancres

Quelques menues choses sur le régime du mammouth.
Avatar de l’utilisateur
Pat
Administrateur délégué
Messages : 25778
Inscription : 03/12/2006 - 23:46
Localisation : Les Alleuds dans le 49
Contact :

Pédagogistes : l'école des cancres

Message non lupar Pat » 07/07/2015 - 20:42

L'idéologie « pédagogiste », qui imprègne les nouveaux programmes, poursuit à travers l'école la chimère de l'égalité... et a fini par déboucher sur la pire forme d'élitisme.
« Changer la société pour changer l'école, changer l'école pour changer la société ». Cette maxime des Cahiers pédagogiques, revue mensuelle du CRAP (Cercle de Recherche et d'Action Pédagogique) qui « promeut un militantisme pédagogique » « dans la mouvance des mouvements d'éducation nouvelle », pourrait résumer les ambitions de ce que Ton appelle le « pédagogisme » et le vice original qui, depuis plus d'un demi-siècle, a progressivement détruit renseignement en France.
Cette idéologie vient, à l'origine, des Etats-Unis, où elle a produit les mêmes catastrophes qu'en France. Au début du XXe siècle le philosophe américain John Dewey (1859-1952), pour faire de l'école un « instrument de démocratisation radicale de la société américaine », écrit le professeur Henri Nivesse (1), s'attaque aux notions traditionnelles de discipline et de programmes. « Ces présupposés idéologiques vont entraîner une série de conséquences pratiques qui aboutiront, un demi-siècle plus tard, à un véritable désastre : un "illettrisme fonctionner touchant 60 millions d'Américains », constate Henri Nivesse.
En France, l'irruption de l'idéologie égalitaire à l'école date du plan préparé entre 1944 et 1947 par les communistes Paul Langevin et Henri Wallon, successivement nommés à la tête de la Commission ministérielle d'études pour la réforme de l'enseignement par René Capitant, ministre de l'Education nationale dans le gouvernement provisoire formé par le général De Gaulle. Ce plan, qui a inspiré les réformes qui ont suivi, visait à établir une école unique (unification des filières et des structures d'enseignement), pour former les enfants dans un même moule et réaliser ainsi l'égalité sociale. Le contenu et la forme des enseignements n'étaient cependant pas mis en cause. Cette nouvelle étape allait s'imposer à la faveur des événements de Mai 68, notamment avec le sociologue néo-marxiste Pierre Bourdieu, qui affirma dès 1964 que renseignement dispensé par l'école républicaine reproduisait la culture bourgeoise et favorisait les élèves issus de la bourgeoisie : l'égalité des chances n'existait donc pas. Cette critique s'accompagnait de la contestation des savoirs et des modes de transmission (y compris le découpage en disciplines).
Les connaissances deviennent un outil de discrimination
Le problème, en effet, n'est plus tant de transmettre des connaissances que créer les conditions d'une « école de masse ».
En parallèle de la pensée des sociologues à la Bourdieu, sévit celle des « pédagogistes », dont le principal doctrinaire est Philippe Meirieu, professeur en sciences de l'éducation à l'université Lumière-Lyon 2 et inspirateur de la loi d'orientation sur l'éducation de Lionel Jospin en 1989, qui déboucha sur la création des IUFM (instituts universitaires de formation des maîtres) et du Conseil national des programmes. Ce personnage est plus influent dans les rouages de l'Education nationale que le ministre lui-même. Ceci explique sans doute que Xavier Darcos, ministre de l'Education de Nicolas Sarkozy avant le calamiteux Luc Chatel, n'ait pas davantage lutté contre cette pensée, qu'il accusait pourtant d'être à l'origine de l'échec scolaire, touchant 15 % des élèves « qui entrent chaque année au collège avec de graves lacunes en lecture, en écriture ou en calcul ».
Selon les pédagogistes, le professeur ne doit plus être le détenteur d'un savoir à transmettre, mais un pédagogue dont la mission consiste à aider les « apprenants » à construire eux-mêmes, en tâtonnant, leurs propres savoirs. Dans cette optique, les connaissances elles-mêmes apparaissent comme un outil de discrimination et d'exclusion, et les disciplines sont condamnées au bénéfice de la « transdisciplinarité » un thème que l'on retrouve dans les nouveaux programmes de Najat Vallaud-Belkacem, qui font la part belle au pédagogisme.
Le résultat ? Jamais l'école n'a été aussi réellement inégalitaire: au sein de l'Education nationale « pédagogiste », seuls les meilleurs élèves arrivent à s'en tirer. Et si Révolution il y a, c'est une révolution de la médiocrité.
Hervé Bizien Monde & Vie
1) Henri Nivesse, les fondements idéologiques du « pédagogisme », Les Cahiers de l’éducation n° II,mai 2008.

http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/
Image
Que les hommes d'arme bataillent et que Dieu donne la victoire! (Jeanne d'Arc) Patriotiquement votre.

Revenir vers « Enseignement »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité