Réforme Belkacem - la fronde s'organise

Quelques menues choses sur le régime du mammouth.
Avatar de l’utilisateur
Pat
Administrateur délégué
Messages : 25778
Inscription : 03/12/2006 - 23:46
Localisation : Les Alleuds dans le 49
Contact :

Réforme Belkacem - la fronde s'organise

Message non lupar Pat » 05/05/2015 - 18:31

Cela a mis du temps mais la révolte anti-Belkacem semble désormais bien enclenchée. Commentaires véhémente sur les réseaux sociaux, indignations dans les rangs d'associations de parents d'élèves, messages d'indignation émanant de certaines sociétés de professeurs, réactions syndicales (à l'exception des "syndicats" décandentistes inféodés au pouvoir socialiste), appels à la résistance lancés par des associations de défense d'une Ecole française de qualité, articles de presse, appel à la grève le 19 mai prochain, montée au créneau d'intellectuels (comme, par exemple, Régis Debray) ou d'hommes politiques (y compris de gauche, comme, par exemple, l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault ou encore, l'ancien ministre de la Culture, puis de l'Education, Jack le Fripé — qui a osé lire : le fripier, hein, qui a osé ?)... partout il est question de la réforme du collège — et de la levée de boucliers qu'elle a fini par susciter —, dont les grandes lignes ont été annoncées par le ministre de l'Education nationale, voilà quelques semaines.
RIVAROL peut s'enorgueillir d'avoir été l'une des premières voix à dénoncer le caractère pernicieux et foncièrement malfaisant des mesures voulues par Najat Belkacem et ses sbires. Il est vrai que contrairement à la presse dite de droite, presse bourgeoise et conservatrice (au mauvais sens du terme), laquelle ne réserve généralement à la question scolaire qu'un souci mineur, quand il n'est pas carrément marginal, la rédaction de RIVAROL sait (comme le savent aussi malheureusement les "Rouges" actuellement au pouvoir en France) que la politique scolaire et éducative constitue aujourd'hui le cœur stratégique de la construction de la société de demain. En détruisant la famille, les socialo-libertaires cherchent non seulement à exterminer une cellule sociale qu'ils ont en horreur, parce qu'elle est à la fois naturelle et chrétienne, mais d'abord à renforcer le rôle d'enrôlement d'une Ecole entièrement soumise à leur idéologie, à leurs fantasmes et à leurs perversions. Pour eux, l'éducation des jeunes Français (lesquels, au reste, sont peu à peu remplacés par des jeunes de Fiance, c'est-à-dire des jeunes vivant sur la terre de France, cette terre qu'ils veulent d'autant moins maternelle qu'ils l'exigent nourricière), c'est d'abord leur embrigadement en vue de la construction d'individus conformes à leur vision de l'humanité et de la société.
LE MATAMORE ET LA MAURESQUE
C'est la raison pour laquelle l'indifférence dont l'immense majorité des parlementaires UMP-UDI a fait montre après la publication des principaux axes de la réforme ainsi que la mollesse, le manque de pugnacité et l'indigence argumentative qui ont caractérisé les réactions de ceux qui ont bien voulu s'intéresser au sujet, sont à la fois affligeants, atterrants et criminels. Quant aux autres retardataires, disons à leur décharge que s'ils ont montré autant de retardement à l'allumage, c'est parce que l'experte en manipulation et en dissimulation qui parade du côté de la rue de Grenelle les a roulés dans la farine, en celant habilement les visées de fond de sa réforme dans un fatras de mesurettes qui fleurent plus la réformette, la retouche de forme, que le renversement révolutionnaire.
C'est que la Barbie beur est rouée comme souvent le sont les personnes de sa... qualité. Comme sa comparse Taubira, elle est rusée comme un petit... sage. Sa méthode lui a plutôt réussi jusqu'à présent. Elle a su se rendre indispensable auprès de Hollande et de Valls. Ce dernier remmène partout lorsqu'il se déplace. Le matamore ne peut plus se passer de sa mauresque. Charmant tableau : celui de la revanche sur Isabelle la Catholique et Philippe III d'Espagne. Belkacem, c'est la louloute qui sait montrer patte blanche. C'est le loukoum dans la bergerie. Pour parvenir à ses fins — réaliser son ambition d'être un jour à la tête de l'Etat et déconstruire la société française traditionnelle (ceci étant la condition de cela) —, elle sait y faire. Elle embobine comme personne. Elle sourit tout le temps. Elle a la lèvre cajoleuse. Elle parle doucement, posément. Simplement. On l'écoute et l’on se dit qu'une bouche pareille ne saurait mentir. Ses yeux désarçonnent en même temps qu'ils harponnent. Son regard, on le croit enjôleur quand il est d'abord enrôleur. Aguicheur en diable, il est un composé de provocation libidineuse et d'intransigeance idéologique. Mélange de suavité intéressée et de placidité coruscante. A la façon de ces filles qui officient dans les bars à hôtesses.
La réforme du collège est une étape essentielle dans le parcours politique de l'actuel ministre de l’Education nationale. Mais peut-être — en tout cas, il faut l'espérer — un premier faux-pas d'importance. Voulant donner des gages à la fois à la gauche pédagogiste, à la gauche égalitariste, à la gauche immigrationniste, à la gauche éducationniste, à la gauche islamisationniste..., Mme Belkacem ne pensait pas se mettre à dos autant de Français concernés par la question scolaire. Elle s'imaginait que son discours farfelu sur les vertus de l'interdisciplinarité — qui n'est qu'une façon habile de maquiller à la fois l'échec de la politique de recrutement en nombre suffisant de professeurs compétents et l'échec flagrant, en terme de réussite scolaire, du plus grand nombre, des politiques éducatives des dernières décennies —, que ses prises de position contre les pratiques pédagogiques anciennes qui font que les « élèves s'ennuient », que sa proposition d'en finir avec les options et les sections prétendument élitistes et anti-égalitaires, que le mirage de la deuxième langue obligatoire dès la classe de 5e, que ses éloges de la pédagogie du projet et des bienfaits de l'évaluation des compétences plutôt que des connaissances, suffiraient à susciter l'enthousiasme de toutes les forces progressistes du pays.
UNE ROUSTE D'OUTRE-RHIN
C'était compter sans le sursaut des Français de bon sens, lesquels ont fini par voir clair dans le jeu funeste de Najat Belkacem. D'où l'entrée en résistance de milliers de parents de future collégiens, inquiets de l'avenir de leurs enfants, et de milliers de professeurs inquiets de l'avenir de leurs élèves et scandalisés de se voir enrégimentés au service d'une cause qui n'est pas la leur, ni professionnellement ni civiquement. Les derniers à avoir réagi — mais peut-être est-ce de là que viendra le salut ? — sont ceux, Français attachés à l'excellence pédagogique, qui demeurent soucieux à la fois de la pérennisation de l'enseignement de la langue -allemande en France et des bonnes relations (échanges culturels, économiques...) entre la France et l'Allemagne.
C'est que la suppression des classes "bilangues" et des sections « Voie européenne » fait peser la menace de sa disparition sur l'enseignement de l'allemand (et de l'italien), lequel est déjà devenue la portion congrue de l'offre linguistique faite aux collégiens français(1). A cette fronde s'ajoute celle d'une soixantaine de parlementaires membres du groupe d'amitié France-Allemagne, présidé par un député socialiste. Parmi eux, l'ancien ministre de l'Education nationale, l'UMP Luc Châtel, qui rappelle au ministre les termes du traité de l'Elysée de 1963 et le fait que l'Allemagne est toujours notre premier partenaire commercial.
Faut-il s'attendre demain à des mesures de représailles de la part de l'Allemagne, lesquelles affaibliraient la renommée de la langue française parmi nos cousins et voisins d'outre-Rhin ? Parfaitement justifiées si Valls et Belkacem s'obstinaient dans leur réforme à rejeter en bloc (pour toutes les autres raisons déjà évoquées en plus de celles développées dans ces lignes), elles affaibliraient considérablement la renommée de notre langue en Europe. En tout cas, elles semblent à craindre à en juger par la froide pertinence du ton constatée dans un article paru récemment dans la Frankfurter allgemeine(2) : « Der aus Marokko stammenden Ministerin sind die Klassen mit intensivem Deutschangebot zu elitär und zu beliebt bei Eltern aus dem Burgertum... "La" ministre originaire du Maroc considère que les classes qui proposent un apprentissage intensif de la langue allemande sont trop élitistes et par trop appréciées par les parents d'élèves issus de la bourgeoisie. Elles leur reprochent d'être cause de ségrégation sociale. [...] Contrairement à ce qui se pratique en Allemagne, en France tous les collégiens sont mélangés dans le cadre d'un enseignement unique... » Et de citer minutieusement toutes les réactions hostiles au projet ministériel (notamment celles des présidents du Goethe-Institut de Paris et du deutsch-französisches Jugendwerk (DFJW), l'Office franco-allemand pour la jeunesse), et de mettre l'accent sur la trahison qu'il constitue des promesses que se sont faites, au plus haut niveau, Paris et Berlin, en 2013, lors de la célébration du cinquantième anniversaire du traité de l'Elysée. L'article se clôt par cette "chute" pleine d'ironie : « Auch Latein- und Altgrie-chischunterricht [...] sind Vallaud-Belkacem ebenfalls "zu elitär". L'enseignement du latin et du grec ancien sont également "trop élitistes" pour Vallaud-Belkacem. » Les Allemands l'ont compris — mieux que beaucoup de Français : la jeune protégée de Hollande et de Valls présente un danger non seulement pour la culture française mais désormais aussi pour l'amitié et la coopération franco-allemande. Mobilisons-nous en masse, dans les prochains jours, pour obliger la petite Najat, à revoir sa copie, voire à retourner dans ses foyers, où eue pourra réviser ses classiques. Où elle pourra apprendre la langue de Nietzsche, dont nous nous souvenons parfaitement du conseil de la vieille femme dans Ainsi parlait Zarathoustra : Wenn du zum Weibe gehst, vergiss di Peitsche nicht ! Ce qui, en traduction libre, peut s'énoncer ainsi : Quand tu t'approches, de Belkacem, n'oublie pas le fouet !
J.-P. R. Rivarol du 23 avril 2015
1) Dans certaines académies, l'enseignement de l'allemand dans les collèges publics a purement et simplement disparu.
2) Le 15 avril dernier, sous la plume de Michaela Wiegel.

http://aucoeurdunationalisme.blogspot.fr/
Image
Que les hommes d'arme bataillent et que Dieu donne la victoire! (Jeanne d'Arc) Patriotiquement votre.

Revenir vers « Enseignement »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité