(((Netanyahou))) humilie le ministre allemand des Affaires Étrangères

Les mutations du monde.
Avatar de l’utilisateur
Laurent de Lyon
Administrateur technique
Messages : 757
Inscription : 19/08/2006 - 9:56

(((Netanyahou))) humilie le ministre allemand des Affaires Étrangères

Message non lupar Laurent de Lyon » 28/04/2017 - 21:37

(((Netanyahou))) humilie le ministre allemand des Affaires Étrangères

Publié par le 27 Avr, 2017 | 1 commentaire

Entre la repentance pour un crime imaginaire (qui serait cependant stupide même si l’Allemagne avait réellement cherché à éliminer les auto-élus) et la crainte de la menace américaine, on se retrouve avec une Allemagne soumise qu’un (((pays))) dix fois plus petit n’hésite pas à humilier.

AFP : http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/ ... 2a65a968e2

Larvée depuis plusieurs mois, la crise dans les relations entre l’Allemagne et Israël atteint désormais un niveau sans précédent après plus d’un demi-siècle de liens particulièrement étroits du fait de la responsabilité de Berlin dans l’Holocauste.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annulé mardi une rencontre avec le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, parce que celui-ci a tenu à rencontrer des représentants de deux ONG israéliennes très critiques envers son gouvernement. « Je regrette beaucoup cela », a dit sur place Sigmar Gabriel.


Sigmar Gabriel était déjà dans le lieu prévu pour la rencontre, devant les journalistes, et Netanyahou l’a laissé attendre comme un imbécile. La simple annulation aurait déjà été un affront, mais c’était là une véritable humiliation.

Ce couac diplomatique vient ternir la « relation spéciale » – selon l’expression consacrée en allemand – qui lie l’Allemagne à Israël, plus de 70 ans après le génocide de plus de 6 millions de juifs par le régime nazi.


L’AFP n’a pas hésité à intituler sa dépêche – essayez de ne pas rire – « Crise ouverte entre l’Allemagne et son allié israélien historique ».

« Crise diplomatique entre Israël et son larbin allemand historique » aurait été plus exact, tant cette relation a été marquée par les extorsions financières et la persécution morale à sens unique.

Et la crise pourrait marquer un tournant dans une relation qui n’est plus désormais uniquement dictée par la mauvaise conscience allemande.

« Le traitement particulier d’Israël pour des raisons historiques arrive à ses limites avec le gouvernement Netanyahu », juge mercredi l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, « notre faute historique ne peut pas amener l’Allemagne à accepter que le gouvernement israélien s’éloigne de plus en plus des valeurs que nous avions tenu jusqu’ici pour communes ».

En réalité, « cela fait une vingtaine d’années que la tendance en Allemagne est de +normaliser+ les relations avec Israël, +normaliser+ a plutôt en général une connotation positive mais ici c’est l’inverse, il s’agit de mettre fin au statut unique de la relation avec Israël », estime Eldad Beck, auteur d’un livre sur « Merkel, Israël et les Juifs ».

Pour cet observateur des relations germano-israéliennes, il s’agit d’une évolution profonde de la société allemande, en particulier de la jeune génération qui « veut mettre un terme à cette ombre qui l’empêche d’être une nation comme les autres ».


Même avec tout le lavage de cerveau intensif subi par les jeunes allemands, être tenus coupables des supposés crimes de leurs arrière-grand-parents ne les convainc pas tous.

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, le tout jeune État hébreu avait décidé de boycotter l’Allemagne de l’ouest. Jusqu’à la signature en 1952 d’un « accord de compensation économique », suivi en 1965 de l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays.

Le cinquantenaire de cette amitié a donné lieu en 2015 à de vibrantes commémorations à Berlin et Jérusalem. Une occasion pour l’Allemagne de réitérer son soutien indéfectible à l’État hébreu, dont Angela Merkel a dit en 2008 que l’existence fait « partie de la raison d’État allemande ».


Son concurrent (((Martin Schultz))) (supposément catholique mais qui semble décidément avoir du sang juif vu sa face de rat) avait déclaré que « la nouvelle Allemagne n’existe que pour assurer l’existence de l’État d’Israël et du peuple juif ».

Les premières failles sont apparues en janvier, lorsque le ministère allemand des Affaires étrangères a dit pour la première fois « douter » de la volonté de M. Netanyahu de parvenir à une solution à deux États, après le vote par le Parlement israélien d’une loi permettant à Israël de s’approprier de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie occupée.


Tout le monde sait que (((Netanyahou))) n’entend nullement parvenir à une solution à deux États.

Dans la foulée, le gouvernement d’Angela Merkel a annoncé en février l’annulation, officiellement pour des problèmes d’agenda, de consultations annuelles entre les deux gouvernements.

Pour des raisons diplomatiques, « l’ajournement des consultations gouvernementales a été présenté comme un problème technique, il y a une volonté de ne pas laisser escalader cette histoire », indique à l’AFP le président d’une commission parlementaire allemande sur les relations avec Israël, Volker Beck.

« Merkel a essayé de rester polie, mais le gouvernement israélien n’a pas saisi les allusions », estime le spécialiste de l’Allemagne Moshe Zimmermann de l’université hébraïque de Jérusalem.

Dans le même temps, en Allemagne, l’entêtement du ministre des Affaires étrangères à rencontrer mardi des ONG controversées a été aussi critiqué.

« On visite des ONG d’opposition dans un régime autoritaire, pas dans une démocratie alliée », tranche mercredi le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung.


Qu’aurait dit la FAZ s’il s’était agi de l’Afrique du Sud de l’apartheid ? Car Israël pratique clairement la ségrégation ethno-raciale http://www.blancheurope.com/2016/04/15/ ... on-israel/ non seulement avec les Palestiniens mais aussi avec les arabes dotés de la citoyenneté israëlienne.

Ici, il s’agissait seulement d’ONG dénonçant les exactions commises par certains soldats mais ne mettant nullement en cause l’armée israëlienne elle-même.

Une autre chose intéressante, que l’AFP masque délibérément, est le raisonnement avancé par Netanyahou pour bouder Sigmar Gabriel.

Echo : https://www.echo.net.au/2017/04/german- ... netanyahu/

« Ma politique est claire : ne pas rencontrer des diplomates qui visitent Israël et rencontre des organisations qui diffament les soldats israêliens et cherchent à les mettre en procès comme des criminels de guerre », a dit Netanyahou à Jérusalem mardi soir.

Il a dit qu’il menait Israël « par des politiques nationalistes fières et non pas en baissant nos têtes et en rampant ».


On comprend pourquoi l’AFP a dissimulé ce fait : les médias dominants en Occident cherchent à diaboliser au maximum le mot et le concept de « nationalisme » mais aussi à ne pas trop attaquer Israël (en dépit des réguliers hurlements juifs sur le traitement d’Israël par l’AFP qui voudraient tout simplement taire la totalité des faits gênants).

La plupart des youpins anti-blancs soutiennent fanatiquement Israël et s’élèvent contre toute critique de l’entité sioniste ; leur promotion de politiques catastrophiques dans les pays blancs n’est donc nullement le fait du hasard mais le fruit d’une volonté délibérée. C’est pourquoi il n’y a absolument aucune coopération possible avec les nationalistes juifs http://www.blancheurope.com/2016/04/14/ ... sentendre/ qui sont de fait nos ennemis raciaux.

Et même si la relation tangue au plan politique, la coopération concrète se poursuit.


Il faut lire « extorsion » au lieu de « coopération ».

« Le conflit israélo-palestinien n'est pas au centre des relations germano-israéliennes », a affirmé cette semaine l’ambassadeur israélien en Allemagne, Yakov Hadas-Handelsman, à l’agence de presse DPA, « il y a la coopération économique, commerciale, de recherche, qui est exceptionnelle ».

Israël est par exemple pressé de signer un protocole d’accord, plusieurs fois reporté pour l’achat de trois sous-marins Dolphin, fournis par l’Allemagne, avec un rabais d’un tiers du coût de fabrication, au titre de l’aide militaire à Israël.


Il s’agit de sous-marins capables de transporter et tirer des têtes nucléaires, vous savez, celles qu’Israël n’a officiellement pas. Rappelons que l’aide américaine massive à Israël est totalement illégale http://www.blancheurope.com/2016/08/18/ ... ashington/ selon les lois américaines du fait de la possession de ces armes nucléaires dont l’existence est un secret de polichinelle.

Source : http://www.blancheurope.com/2017/04/27/ ... trangeres/

Revenir vers « Politique internationale »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités